banniere

Vers un rééquilibrage politique

Mai 2020

Le chef du gouvernement Eliyas Fakhfakh vient de nommer deux dirigeants de Nahdha comme conseillers, avec le titre réciproquement de ministre et de secrétaire d’Etat. Il engage un rééquilibrage au profit de la Nahdha, du gouvernement consensuel, qu’il a  formé le 27 février 2020.

L’ère post-coranavirus ?

Avril 2020

La fermeture des frontières mettrait à l’ordre du jour la mondialisation. La plupart des pays touchés par le virus sont confinés et vivent leurs quarantaine.“Pour s’en sortir, il faut s’enfermer” affirment un jour humouristique français (Le Canard enchainé, 18 mars 2020). Outre le repli nationaliste, les pays coupent la chaine de transmission et ferment leurs frontières. La pandémie actuelle semblait mettre à l’ordre du jour une fermeture de frontières et une politique de repli.

Le nouveau gouvernement tunisien

Mars 2020

Ayant reçu l’investiture le 26 février 2020, le gouvernement dirigé par Eliyas Fakhfakh devait répondre aux attentes sociales : le redressement économique, la lutte contre la faim, le développement des régions défavorisées, la promotion de la jeunesse et la lutte contre la corruption.

Stand-by

Février 2020

La Tunisie est en stand-by, en situation d’attente. Après l’échec de Habib Jemli, le président Kais Said a chargé Elias Fakhfakh de charger le gouvernement. On est dans le flou, l’imprévu, sinon l’inattendu. Le retour d’un ministre de la troïka suscite de l’inquiétude. Comment peut-il éviter le scénario de l’échec, qui a marqué ses deux précédentes gestions gouvernementales ?

2020, l’épreuve du Maghreb

Janvier 2020

Le Moyen-Orient a été sérieusement ébranlé, durant les dernières décennies : Guerre irano-irakienne, occupation du Koweït, chute de Saddam Hussein, Guerre civile en Syrie et ruine de ce pays, établissement du terrorisme daéchien, en Irak et en Syrie. Grande épreuve de la scène, sous l’effet de la géopolitique régionale et internationale.