Changement de politique américaine en Syrie : Washington avait déjà modéré par le passé son insistance à chasser Bachar al-Assad du pouvoir, mais cette prise de distance des Etats-Unis est désormais explicite.

Elle a reconnu, le 31 aout 2017, ne plus faire une priorité du départ du président syrien, Bachar al-Assad, et chercher une nouvelle stratégie dans le règlement du conflit en Syrie. Confirmant cette politique, Donald Trump a donné son feu vert le mercredi 20 décembre, pour le retrait des troupes américaines stationnées en Syrie, estimant avoir vaincu le groupe Etat islamique. Saisissant cette opportunité Ankara  prépare une incursion en Syrie, contre les Kurdes.

Dans ce cadre, les Emirats ont ouvert, jeudi 27 décembre, leur ambassade à Abu Dhabi. Ils se déclarent favorables au retour de la Syrie à la Ligue des Etats Arabes. Ce qui annonce un changement de la politique des pays du Golfe, qui a soutenu la rébellion.

La visite du chef d’Etat soudanais à Damas, le 16 décembre  et l’arrivée d’une compagnie aérienne syrienne à l’aéroport de Monastir, le 27 décembre, changent la donne. Peut-on espérer la restauration de la souveraineté nationale ?


Imprimer   Email