banniere

La tragédie de Beyrouth !

Aout 2020

Beyrouth [...]

où l’on vient de partout ériger ces statues

À Beyrouth chaque idée habite une maison.

Qu’elle soit religieuse, ou qu’elle soit sorcière,
ou qu’elle soit les deux, ou qu’elle soit charnière,
du portail de la mer ou des grilles du levant,
qu’elle soit adorée ou qu’elle soit maudite
qu’elle soit sanguinaire, ou qu’elle soit d’eau bénite,
qu’elle soit innocente ou qu’elle soit meurtrière,
en étant phénicienne, arabe, ou roturière,
en étant levantine aux multiples vertiges,
comme ces fleurs étranges fragiles sur leurs tiges,
Beyrouth est en Orient le dernier sanctuaire,
où l’homme peut toujours s’habiller de lumière’’

Nadia TUENI (1935-1983)

L’ère post-corona

Juillet 2020

Le coronavirus, le confinement prolongé et leurs effets directs et indirects sur l’économie et  la vie sociale: des usines à l’arrêt, des vols suspendus etc. ont transformé notre quotidien. Le digital, le télétravail et le téléenseignement ont  pris de plus en plus de l’importance. Sommes-nous entrés dans un nouveau monde ?

La fracture Libyenne

Juin 2020

La guerre civile se perpétue en Lybie. La fin du régime de Kadhafi a remis en question l’EtatLibye-nation. Elle a réactivé les dissensions tribales, dans le contexte de la fracture entre la Tripolitaine, gouvernée par Serraje, groupant les milices islamistes et la région orientale, dominée par le maréchal Haftar.Cette division a été confortée par par l’intervention des acteurs de la géopolitique régionale et internationale.

Vers un rééquilibrage politique

Mai 2020

Le chef du gouvernement Eliyas Fakhfakh vient de nommer deux dirigeants de Nahdha comme conseillers, avec le titre réciproquement de ministre et de secrétaire d’Etat. Il engage un rééquilibrage au profit de la Nahdha, du gouvernement consensuel, qu’il a  formé le 27 février 2020.

L’ère post-coranavirus ?

Avril 2020

La fermeture des frontières mettrait à l’ordre du jour la mondialisation. La plupart des pays touchés par le virus sont confinés et vivent leurs quarantaine.“Pour s’en sortir, il faut s’enfermer” affirment un jour humouristique français (Le Canard enchainé, 18 mars 2020). Outre le repli nationaliste, les pays coupent la chaine de transmission et ferment leurs frontières. La pandémie actuelle semblait mettre à l’ordre du jour une fermeture de frontières et une politique de repli.