Le 01/01/2018

2018, une polarité désorganisée


Selon ses analyses de la dynamique qui caractérise l'actuelle scène internationale, “la gouvernance s'organise autour de jeux d'acteurs, anciens et nouveaux, qui combinent ou non leurs efforts mais encadrent leurs frictions".

Diagnostic du Secrétaire Général de l’Onu, Anotonio Guterres : “Ce qui me frappe, c’est l’imprévisibilité dans le monde et le climat d’impunité. On a vécu la guerre froide, puis l’époque de l’hyperpuissance américaine. Aujourd’hui le monde  n’est ni bipolaire, ni unipolaire. Il n’est pas encore multipolaire. Il est chaotique” (Rémi Ourdan, «Rencontre. Anotonio Guterres, au chevet d’un monde imprévisible », le Monde, 16 novembre). Est-ce à dire que  “les gens font vraiment n’importe quoi ? ”. Nous ne le pensons pas. Le jeu politique des puissances internationales et régionales dépend de leurs ambitions, définies par les rapports de forces. Fait d’évidence, il n’y a pasune "nouvelle distribution de la puissance.Des mutations géopolitiques internationales sont à l'ordre du jour. “Le XXIe siècle stratégique n'est pas  le prolongement du XXe siècle nationaliste et conflictuels”, affirme  Jean Dufourcq (éditorial, enjeux stratégiques, Revue de Défense  Nationale, juin  2014).

Peut-on élaborer une grille de  lecture des tendances à l'œuvre ? L'analyste Dominique David, qui s'interroge, estime cependant que  les mutations géostratégiques semblent instituer  “une polarité désorganisée”, puisque  “le rapport entre les pôles n'est pas stables”. Selon ses analyses de la dynamique qui caractérise l'actuelle scène internationale, “ la gouvernance s'organise autour de jeux d'acteurs, anciens et nouveaux, qui combinent ou non leurs efforts mais encadrent leurs frictions. Il faudra vivre sans doute encore longtemps avec ce concert instable de pôles mal assurés” (Dominique David, "puissances fluides, équilibrés instables", Revue de la Défense Nationale, France, n° 771 Juin 2014).