Accueil

Le 01/07/2016

Le retour de la frontière …!


La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne, est dans une certaine mesure, une velléité de retour aux frontières, vu le discours de la souveraineté et la culpabilisation de l'immigration.

L'émergence de grands ensembles semblait relativiser  les frontières, comme lignes de démarcation entre les Etats-nations. L'Union Européenne a, depuis quelques années, transgressé  le processus de Barcelone et sa vision globale. Elle mobilise sa réflexion autour d'une stratégie, limitée à "l'étranger proche", la région sud-méditerranéenne et  l'Europe orientale. La politique de voisinage a redéfini la coopération, en faisant valoir les enjeux territoriaux. De fait, le passage de la coexistence, au partenariat euro-méditerranéen, selon son idéaltype, n'a pas réussi à s'inscrire sur le terrain. Par contre, l'ouverture de Schengen, s'est accommodée du mur de la Méditerranée, protégeant la citadelle Europe et fermant ses frontières au-delà. 

La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne, est dans une certaine mesure, une velléité de retour aux frontières, vu le discours de la souveraineté et la culpabilisation de l'immigration. D'ailleurs, le Royaume Uni ne fait partie ni de l'accord de Schengen, ni de la Zone euro. . ‘‘Aujourd'hui, la Grande Bretagne a le pied dedans (en Europe)  un pied dehors. Après le 23 juin, ce sera l'inverse’’. Ce diagnostic de l'ancien eurodéputé centriste Jean-Louis Bourkanges reste valable, après la sortie de l'Union.

Le territoire n'est pas une fin en soi  mais un construit social. La frontière, affirmation d'auto-reconnaissance, peut être perçue, comme synonyme de repli. Dans certains cas, elle exprime une exclusion de l'autre, du voisin de préférence. Mais comment éviter  le piège des frontières cloisons, alors que l'aire monde appelle au développement de la coopération, et de la coexistence solidaire.


_____________________________________


Page suivante : Curriculum Vitae