Le billet du mois

Le 01/08/2017

La fête de la république


Le mardi 25 juillet, célébration de la Tunisie de la fête de la république, un acquis symbolique, statutaire et effectif.  Ce fut le couronnement d’une évolution de la pensée politique tunisienne, de l’ère des réformes du XIXe siècle à nos jours.

La Tunisie célèbre la fête de la république, mardi 25 juillet.  Prenons la juste mesure de cet acquis symbolique, statutaire et effectif.  Ce fut le couronnement d’une évolution de la pensée politique tunisienne, de l’ère des réformes du XIXe siècle,  à nos jours : 

1- Le Pacte fondamental de 1857, qui établit l’égalité des Droits et le Qanoun de  1861, première constitution dans l’aire arabe. Fut-elle ambigüe, sinon approximative et sans praxis électorale, la constitution fait valoir une ambition populaire et suscita la revendication nationaliste, du Destour de 1920 et du Néo-Destour qui lui succéda.

2-  Sous la direction du leader Habib Bourguiba,  la mobilisation des composantes populaires, dans la lutte nationale, les érigea comme acteurs politiques. L’indépendance nationale mit en œuvre la décolonisation et assura le renouvellement de la classe politique, écartant les privilégiés du « pouvoir makhzen ».

3- La proclamation de la République, en 1957, traduit cette promotion, dans les faits. Les sujets du bey s’érigent désormais, en citoyens. La caste nobiliaire de la famille princière perd ses privilèges et rejoint «le tiers- Etat». La cérémonie du baisemain, supprimée par le bey populaire Moncef et rétablie, par son successeur, fut abolie.

4- L’institution de la scolarité obligatoire érige l’école, le lycée et la faculté, en ascenseur social, transgressant les inégalités d’antan. La mise en œuvre des programmes de développement social attestèrent cette volonté de promotion globale.

 La révolution tunisienne reprend le flambeau et corrige le tir. Elle fait valoir la promotion citoyenne statutaire postindépendance et parachève l’application du processus républicain, dans sa praxis institutionnelle et sa vision sociale. Priorités actuelles évidentes, le traitement des attentes, le respect de la praxis égalitaire et démocratique et la promotion de la souveraineté nationale, confortée  l’ouverture des horizons.


_____________________________________

Page précédente: Blogs commentaires