L'aire monde et les retournements stratégiques

Pr. Khalifa Chater

L'état du monde atteste des retournements stratégiques d'envergure. Sursaut international de la Russie, nouveaux rapports de forces, en Europe, nouveaux équilibres géopolitiques en Asie et  révision de la politique étrangère américaine, en conséquence. Le Moyen-Orient et l'Ukraine sont les scènes d'affrontements actuels. Mais les conflits contenus, en Asie, tiennent compte des nouveaux rapports de forces. La grille de lecture ne doit pas occulter ces différends, susceptibles d'entrainer des confrontations, à plus ou moins brève échéance. 

La Russie et ses dynamiques géopolitiques multipolaires : La question de l'Ukraine, constitue désormais la question obsessionnelle de l'Occident. Ultime réaction, l'Union Européenne engage des sanctions économiques, qui ont des répercussions sur les différents protagonistes. La Russie dépend du marché  européen mais elle peut user de l’arme énergétique et de la fourniture en gaz à ses adversaires. De fait, la réaction russe en Ukraine - une avancée de ses troupes au-delà de ses frontières - réanime la guerre froide, sinon la bipolarisation. La Russie se rappelle de son passé glorieux et tente de bloquer l'entrée de ses anciens partenaires, au sein de l'Union Européenne et de l'Otan. En effet, l'Ukraine a signé un accord de libre échange avec Bruxelles, qui entrera en vigueur en 2015. D'autre part, le président ukrainien, Petro Porochenko a  annoncé son intention de déposer d’ici 6 ans la candidature de son pays à l’entrée à l’Otan.  Le discours de Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, à  la tribune des Nations unies, le 27 septembre dernier, traduit ce contexte conflictuel: “L’Occident, dit-il, a pris des directions pour restructurer l’humanité selon ses propres standards qui sont loin d‘être inoffensifs. Les Etats-Unis et l’Union européenne ont crié victoire après la guerre froide…  Ils se sont focalisés sur l'élargissement de l’espace géopolitique dont ils ont pris le contrôle".

La Russie, lutte pour éviter toute concurrence, dans sa "sphère d’intérêts privilégiés". Il faut "saisir le vent chinois dans les voiles russes » affirme Vladimir Poutine, faisant valoir  la politique eurasiatique de la Russie. Dans ce cadre, l’Espace Economique Commun, entre Russie, Biélorussie et Kazakhstan est entré en fonction en 2012. Il associe zone de libre échange et union douanière. La Russie fait partie de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTCS), créée en 2002 et du BRIC, formé du  Brésil, Russie, Inde, Chine. La Russie participe aussi à l’APEC (Coopération Economique pour l’Asie-Pacifique). Ces trois organisations ont pour objectif de contrer l’unilatéralisme américain. D'autre part, la Russie a un partenariat stratégique eurasiatique avec l'Inde (Pascal MARCHAND : "Géopolitique de la Russie", diploweb, 24 juillet 2014, Copyright 2014, Pascal Marchand, Géopolitique de la Russie-PUF).Signe de l'adaptation aux contextes géopolitiques, les tensions de l’année 2010 entre les deux Corées ont suscité une prise de distance de Moscou par rapport à Pyongyang. Ce changement au sein de la diplomatie russe favorise un rapprochement avec Séoul, dans le cadre du renouveau de l’influence russe en Extrême-Orient. Au Moyen-Orient, la Russie tente de limiter l'impact des alliances dominantes avec les USA et particulièrement dans les pays du Golfe. A ce titre, elle sauvegarde son alliance avec la Syrie, maintient de bonnes relations avec l'Iran et ses alliés (Hizb Allah, Hamas etc.). Mais son champ d'action s'est réduit, depuis les guerres d'Irak, comme une peau de chagrin.

Le retour de l'Allemagne : L'Union Européenne est désormais une grande puissance économique. Elle est cependant aux "abonnés absents", dans le cadre de la politique de défense et d'intervention à l'étranger. Dans le domaine économique, l'Allemagne assure une suprématie évidente. "Come-back économique", après une décennie de faible croissance, l'Allemagne a retrouvé des taux de croissance élevés depuis 2005. .La France - la deuxième économie de la zone euro - enregistre cependant une croissance nulle pour le 2ème trimestre 2014 alors que l’Italie - troisième économie de la zone euro - est en récession (Axelle DEGANS, Diploweb, 1er octobre 2014). Caprice des électeurs, états d'âmes ou diversion des partis radicaux, l'Union Européenne est sérieusement contestée.  La France compense sa relative modestie économique, par rapport à l'Allemagne,par une politique étrangère active (intervention au Mali et participation à la 3em guerre d'Irak, engagée par les USA et rejoints par le Royaume Uni, la Hollande et la Belgique).

Les nouveaux équilibres géopolitiques en Asie :  A Hongkong, des dizaines de milliers de manifestants, défient, depuis le 28 septembre, le pouvoir central. Dix-sept ans après que la Grande-Bretagne a rétrocédé son ancienne colonie à la Chine, son gouvernement annonce que les élections de 2017 seraient entièrement sous son strict contrôle.  Il a déclenché un mouvement de protestation."Un pays, deux systèmes"  était le principe sur lequel s’étaient accordés Britanniques et Chinois. La situation est certes revenue doucement à la normale. La réaction chinoise fut relativement modérée. La Chine a désormais une nouvelle appréciation  des situations de fait, qui ne peuvent remettre en cause sa montée en puissance.

La Chine a connu, grâce à la politique de réforme économique et d’ouverture, une croissance économique rapide et continue. La Banque mondiale prévoit pour la Chine une croissance de 7,4% cette année, de 7,2% en 2015 et de 7,1% l'année suivante contre 7,7% en 2013. Sur le plan international, la Chine réalise une percée significative : La visite historique du président chinois, en Inde, 17 - 20 septembre 2014, semble tourner la page des malentendus et des tensions. Annonce-t-elle  un "siècle asiatique'", alors que les dimensions politiques et économiques du système international vivent des mutations profondes ? (le quotidien The Hindu, cité par le site courrier international, 18 septembre 2014). Fait important, la rencontre sino-indienne relève de la diplomatie économique, des deux pays. Les relations privilégiées de la Chine avec la Russie, attestent la volonté des deux puissances de s'opposer à l'hégémonie américaine et à  "la stratégie d’encerclement", que   l'élargissement de l’Otan et la défense anti missiles, font craindre.  Les deux pays sont à l'origine de l’Organisation de Coopération de Shanghai qui a pour objectif d'assurer une concertation régulière, sur le triple plan sécuritaire, économique, et politique (Sébastien Fontaine, Diploweb, 1er avril 2008). Ils veulent contrer "la stratégie d'influence" des USA et leur appui aux deux grandes puissances économique, le Japon et la Corée du Sud, qui sont dans sa mouvance. Concurrentes et rivales de la Chine, ces deux puissances asiatiques agissent essentiellement sur le registre économique. 

Ces retournements stratégiques s'opèrent essentiellement, vis-à-vis des Etats-Unis, pour tenter de contester son rôle de "pivot" et de sa politique de containment, dans  l'ère apolaire, que nous vivons. Nous y reviendrons.

 

 chaterkhalifa@topnet.tn


_____________________________________

Page précédente: Études internationales
Page suivante : Histoire contemporraine